Fin d’hiver, de Thérèse Jerphagnon

0
19
Fin d'hiver Lettres à Lucien

Let­tres à Lucien

Au soir d’une vie belle et pleine, Thérèse se sou­vient et écrit des let­tres d’amour à son mari Lucien Jer­phagnon, l’un de nos plus bril­lants intel­lectuels récem­ment dis­paru. Un por­trait sim­ple et touchant. Quand l’intelligence ren­con­tre l’émotion…

L’ouvrage
“Lucien Jer­phagnon était tout sim­ple­ment adorable, la douceur, l’attention aux autres, une cour­toisie exquise, bref, dis­ons le mot, la bon­té incar­née, le tout avec tant d’humour et de légèreté que l’on était aus­sitôt con­quis, séduit par son charme incom­pa­ra­ble.
Les let­tres de sa femmes, Thérèse, lui ren­dent hom­mage. Ce sont des let­tres d’amour, pudiques, émou­vantes, mer­veilleuse­ment écrites, avec cette déli­catesse qu’elle partageait avec l’homme de sa vie.
Elles sont aus­si une leçon de vie, une médi­ta­tion légère et pro­fonde sur le deuil de l’être aimé, sur l’absence qui demeure mal­gré tout présence, sur l’espérance aus­si, que l’amour est plus fort que la mort.”
Luc Fer­ry

Trois ans après la mort du grand philosophe, spé­cial­iste de la pen­sée antique et dis­ci­ple de Vladimir Jankélévitch, sa veuve lui adresse une série de let­tres en forme de sou­venirs. Au-delà des réflex­ions sur la mort, le cha­grin, la soli­tude ou l’absence, cette soix­an­taine de courts chapitres con­stituent un por­trait sim­ple et touchant de celui qui fut aus­si un homme remar­quable.

L’auteur
Thérèse Jer­phagnon a enseigné longtemps l’espagnol en région parisi­enne. Elle a col­laboré avec le mag­a­zine His­to­ria et la Revue des deux mon­des. Elle est égale­ment l’auteure de C’était hier (2000).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.